La stérilisation précoce

La stérilisation précoce

 

Tous nos chatons quittent l’élevage à 3 mois déjà stérilisés. Cette pratique est souvent associée à des idées reçues et son intérêt mal compris de la part des futurs adoptants, c’est pourquoi nous avons choisis d’y consacrer un article sur notre site.

 

Pourquoi réaliser une stérilisation précoce ?

Le persan est une race dont la reproduction est très délicate. On entend parfois des propriétaires dirent « ho j’aimerai bien lui faire faire une portée, juste pour le plaisir de voir des chatons ». Pour un persan, ce genre de tentative peut mener à la mort de la maman et/ou des chatons.

Les femelles persanes manquent très souvent de contractions lors des mises bas, il est souvent nécéssaire de stimuler les contractions à l’aide d’injections, pour les aider à expulser les bébés. Les produits à injecter ne sont utilisables que par un vétérinaire (pas de délivrance, même sur ordonnance, au propriétaire puisqu’il s’agit d’hormones). Sans cela, les chatons peuvent mourir noyés avant d’être expulsés. Certains vétérinaires préféreront faire une césarienne plutôt que des injections pour stimuler les contractions (ce qui n’est pas mon cas !). Toujours est il qu’il est important d’avoir un peu d’expérience en mise bas de chat pour voir si la mise bas se déroule normalement ou non !

Si une chatte n’est pas bien prise en charge, elle peut s’épuiser à forcer de façon inefficace pendant des heures et risque ainsi de mourir d’épuisement.

Les persanes ne s’occupent que rarement de leurs bébés au moment de l’expulsion. C’est à l’éleveur de réanimer les chatons, dégager les voies respiratoires, frictionner les chatons pour les faire respirer et couper les cordons ombilicaux. Là encore, beaucoup de propriétaires ne se sentiront pas capables de faire cela, et dans ce cas ils perdront tous les chatons !

Je considère donc que le persan n’est vraiment pas une race avec laquelle on peut « juste faire une portée pour le plaisir », et je veux éviter aux chatons femelles naissant chez moi de subir un jour l’irresponsabilité de leur propriétaire.

Pour les chats mâles, la question est tout autre. Nous avons déjà eu le cas (lorsque nous stérilisions pas les chatons avant départ) de propriétaires qui attendaient trop longtemps avant de stériliser leur chaton. Les chats se mettaient à uriner partout dans la maison (comme n’importe quel matou) et l’habitude ne disparaissait pas toujours après la stérilisation. Cela peut conduire à un abandon, ce que nous ne souhaitons pas pour nos chatons mâles !

 

La stérilisation précoce est elle dangereuse pour le chaton ?

Beaucoup de vétérinaires continuent d’affirmer à tord que la stérilisation précoce impacte la croissance des chatons. C’est une idée reçue et totalement fausse (étant moi même vétérinaire, je me permets de l’affirmer !). Cette idée fausse vient de l’impact de la stérilisation précoce sur la croissance des chiens (surtout les chiens de grandes races) : en effet, chez le chien, la stérilisation précoce augmente le risque de pathologie ostéo articulaires à l’âge adulte (dysplasie des hanches, rutpure de ligament croisé et luxation de rotule notamment). Mais ce n’est pas le cas chez le chat !

Depuis des 10aines d’années, de nombreux éleveurs du monde entier font stériliser leurs chatons à 3 mois, et ces mêmes chatons atteignent des poids adultes totalement normaux !

La stérilisation précoce a même un avantage par rapport à la stérilisation à un âge plus classique (après 4 mois) : elle diminue le risque d’obésité à l’âge adulte. En effet, des études ont montré qu’une stérilisation réalisée avant 4 mois chez le chat évite la phase d’hyperphagie après la stérilisation. Dans la mesure où l’obésité est un réel problème chez le chat, cela semble plutôt un bon point non ? Sans parler du fait que l’obésité est un important facteur prédisposant à de nombreuses maladies chez le chat.

Voici 2 publications traitant de ce sujet (pour les curieux !) :

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5468748/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5152928/

D’autre part, le risque anesthésique d’un chaton n’est pas majoré par rapport à un adulte, du moment que le vétérinaire adapte son protocole en conséquence. On n’utilise pas tout à fait les mêmes protocoles et les même dosages pour un chaton, qui possède un métabolisme différent de l’adulte. Il est également important de veiller à bien réchauffer le chaton (qui se refroidit plus vite qu’un adulte) et à rapidement lui proposer à manger après le réveil. Mais du moment que le vétérinaire est au courant de tout cela, alors l’anesthésie des chatons se passe aussi bien que celles des adultes !

Autre différence que beaucoup d’éleveurs ont constaté : les chatons se montrent bien moins douloureux que les adultes durant les jours suivants l’intervention. Il est courant de voir un chat adulte resté prostré dans un coin le lendemain d’une stérilisation. Les chatons jouent entre eux le soir même en général, et ne présentent pas ou quasiment pas de phase d’abattement après l’intervention. Cela est surtout valable pour les femelles, dont l’appareil génital est probablement moins innervé à cet âge. La cicatrice est également très petite, de l’ordre de 1 cm de long pour les femelles (et invisible pour les mâles).

Comments are closed