Placer à la retraite un chat ayant vécu des années chez nous est une des choses les plus difficiles que nous ayons à faire en tant qu’éleveur. Nous avons vécu avec chacun de nos chats des moments de grande émotion et complicité, qu’il s’agisse de séances de toilettage qui sont des moments d’attention privilégiés, des mises bas qui sont forcément riches en émotion, ou encore des moments passés en exposition féline. Bien entendu, nous avons avec tous nos chats des souvenirs du quotidien que nous chérissons.

Et pourtant, même si c’est souvent un déchirement, nous continuons à choisir des familles pour la plupart des chats que nous stérilisons. Pourquoi ? Parce que le chat est pas essence une espèce dite “non sociable”, dans le sens où les chats n’ont pas de plaisir à partager leur territoire avec beaucoup d’autres chats. Garder de nombreux chats retraités impliquerait d’aller contre la nature même du chat, en créant ainsi un stress chronique qui se répercutera sur leur bien être et leur santé. En effet, de nombreuses maladies peuvent être induites par un état de stress sous jacent chez le chat.

Nous prenons donc “sur nous même”, en essayant de penser avant tout au bien être de nos chats. D’autre part, chacun de nos chats à sa personnalité, certains sont plus timides que d’autres et aiment leur tranquilité : nous leur cherchons des familles paisibles, par exemple des personnes retraités. D’autres ont un grand besoin d’attention et de câlins, que nous ne pouvons pleinement satisfaire : nous cherchons dans ce cas plutôt des “familles nombreuses”, car plus il y a de mains, plus il y a de câlins ! Bref, nous nous adaptons à chaque chat pour lui trouver sa “retraite idéale”.

On nous demande souvent à quel âge nous retraitons nos chats. Nous n’avons pas de règle, nous nous adaptons à chaque chat. Par exemple, notre mascotte Guess du Val Doré a toujours pris son rôle de reproducteur très à cœur, il était un vrai casanova et adorait passer du temps avec les demoiselles. Nous l’avons donc gardé entier jusqu’à l’âge de 9 ans. Lors de sa dernière saison de reproduction, nous avons vu que le cœur n’y était plus, il cherchait beaucoup plus notre attention et semblait triste d’être loin de nous (nous ne pouvions pas le prendre dans la maison car il urinait partout malheureusement). Nous avons donc décidé de le castrer et, vu son âge, de le garder avec nous : il vit désormais dans la maison avec nous pour son plus grand bonheur !

A l’inverse, il nous arrive d’avoir des femelles qui ne sont pas du tout maternelles, et que nous stérilisons après leur première portée. Mais certaines chattes sont très maternelles et s’épanouissent vraiment dans leur rôle de maman : dans ce cas nous les laissons avoir des portées jusqu’à avoir l’impression qu’elles se fatiguent plus qu’avant. Il arrive toujours un âge (propre à chaque chatte), où nous sentons que même si elles sont contentes d’avoir leurs chatons, leur corps leur dit stop, et nous essayons d’être à l’écoute de ces signes de fatigue pour ne pas les “exploiter”.

Environ 1/3 des chats que nous achetons dans d’autres élevages ne reproduiront jamais … Malgré tous nos efforts pour trouver des reproducteurs en bonne santé, nous avons eu de nombreuses déconvenues … C’est souvent frustrant, car si nous achetons un chat c’est que nous lui trouvons des qualités particulières, mais nous tenons à travailler dans le sens d’une amélioration de la race persan / exotic shorthair. Pour cela, il faut rester le plus objectif possible sur les qualités de chaque chat mis à la reproduction. Afin de ne pas discréditer les éleveurs qui nous ont vendu ces chats, nous avons fait le choix de ne pas faire figurer sur cette page les chats qui n’ont jamais eu de descendance chez nous. En effet, comme pour n’importe quel être vivant, il est impossible de prévoir comment grandira le chaton qui nous est vendu, et il serait donc injuste de systématiquement reporter la faute sur l’éleveur.

  • Tous
  • Mâles
  • Femelles