Pourquoi ce prix ?

Pourquoi ce prix ?

 

Il est couramment admis qu’un chien provenant d’un élevage est vendu plusieurs centaines d’euros. Mais lorsqu’il s’agit d’un chat de race, l’idée populaire est qu’il doit se vendre « pas cher ». Pourquoi ? Le chaton de race demande autant, si ce n’est plus, d’attention qu’un chiot, ne serait ce que parce qu’il est vendu à l’âge de 3 mois et reste donc 1 mois de plus à l’élevage !

Alors, qu’est ce qui justifie le prix d’un chaton, et surtout, pourquoi de tels écarts entre les prix pratiqués par les différents élevages ?

monarch1

 

La qualité a un prix

Le persan est une race avec un physique atypique. Ceci signifie qu’elle demande un très gros travail de sélection pour conserver ce physique sans laisser apparaître des défauts pouvant être gênants pour la vie du chat.

Un beau persan de race, acheté dans un but de reproduction, s’achète MINIMUM 1800 euros. Etant donné qu’il faut souvent importer de l’étranger, ne serait ce que pour éviter la consanguinité, il faut rajouter entre 500 et 1000 euros de frais de transport (billet d’avion, voyage en voiture sur plusieurs centaines de kilomètres …). Et oui, c’est le prix à payer pour avoir un persan reproducteur, typé sans défaut de mâchoire, de front ou de narines !

Il est donc évident que lorsqu’un élevage comme le notre se donne la peine d’acheter des reproducteurs très typés dans des élevages très connus, le prix d’achat des reproducteurs se répercute sur le prix de vente des chatons.

A l’inverse, un élevage produisant des persans moins typés et se souciant moins du type, achète ses chats dans des élevages moins prestigieux, les paye moins cher et peut donc se permettre de vendre ses chatons moins cher.

Quelles sont les grosses différences chez un persan moins typé ?

lovemebabyportee

Certaines différences ont un impact potentiel sur la santé :

  • Les persans peuvent avoir les narines pincées : C’est un défaut très fréquent, qui demande un gros effort de sélection (beaucoup de persans éliminés de la reproduction) et seuls les éleveurs très sérieux en tiennent compte. Or, un persan aux narines pincées a du mal à respirer, il doit forcer pour inspirer, et cela toute sa vie …
  • Les persans doivent être testés contre la PKD : C’est une maladie rénale héréditaire très fréquente chez le persan. Un test génétique existe et permet d’éliminer de la reproduction les chats atteints
  • De nombreuses chatteries n’ont aucun scrupule à vendre des chatons atteints du coryza … Nous avons eu plusieurs clients nous rapportant que leur premier chat acheté en élevage avait souffert d’un coryza chronique toute sa vie …

D’autres différences sont justes gênantes pour le propriétaire :

  • Le persan a souvent la réputation d’être distant, mais cela n’est vrai que s’il est mal sélectionné. Nous choisissons également nos reproducteurs pour leur bon caractère, ceux ci doivent être calmes, comme le veut la race, mais ne doivent pas être distants. Au contraire, le persan est censé être très proche de son maître et aimer les câlins, ce qui n’est pas toujours le cas dans les mauvaises lignées.
  • Si vous choisissez cette race, c’est que vous adorez les grands yeux expressifs, la belle tête ronde, les petites oreilles et le petit nez qui donne au persan son air si mignon et majestueux. Oui mais êtes vous sures de savoir reconnaître un chaton typé ? Car beaucoup de persans auront, à l’âge adulte, de petits yeux, de grandes oreilles, un corps long etc … ce qui modifie beaucoup le faciès.

 

Le respect des animaux

Les clients ont souvent l’impression qu’un élevage amateur, donc non déclaré, est plus respectueux des animaux qu’un élevage professionnel. Malheureusement ceci est complètement faux, le fait de ne pas se déclarer est purement financier !

13063176_1526838950956135_7951295348785664084_o

Pour qu’un éleveur soit déclaré, donc professionnel, il faut :

  • Qu’il possède un numéro de SIRET : Ceci veut dire qu’il déclare ses revenus, paye des cotisations sociales à la MSA et paye des impôts. Cela peut aussi vouloir dire qu’il paye 20% de TVA sur chaque chaton vendu (selon son régime fiscal). Dans tous les cas, cela signifie qu’il redonne 50% de ses bénéfices éventuels en charge sociales et bien entendu, même s’il ne fait aucun bénéfice, il doit payer également des charges … Cela a forcément un impact sur le prix des chatons ! A l’inverse, un particulier qui « triche », ne paye rien de tout ça et peut donc se permettre de vendre ses animaux moins chers, mais il est malhonnête … Un éleveur doit donc obligatoirement vous fournir une FACTURE !
  • Qu’il possède un certificat de capacité : C’est obligatoire en France. Ce certificat n’est attribué qu’après avoir prouvé ses compétences en terme d’élevage canin ou félin. Il faut prouver être informé sur le sujet et avoir une expérience pratique dans le domaine de l’élevage (stages ou autre). A l’inverse, un particulier peut n’avoir aucune connaissance en matière d’élevage et donc faire d’énormes bêtises …
  • Qu’il passe une ou deux visites sanitaires par an : Ces visites sont réalisées par un vétérinaire qui s’assure du respect des règles d’hygiènes et de bien être animal au sein de l’élevage. Ce vétérinaire s’assure également que la loi est respectée au sein de l’élevage et conseille l’éleveur pour remédier à ses éventuels problèmes. Le vétérinaire s’assure également que l’éleveur réalise un bon suivi administratif de l’élevage (déclaration des portées, registres de santé, registres d’entrée et sorties etc). Il s’agit donc à la fois d’un contrôle et d’un conseil, qu’un particulier non déclaré ne reçoit pas (notamment car ces visites sont payantes …).

Il n’y a qu’en achetant un chaton chez un professionnel que vous êtes protégés sur le plan légal ! En effet, tout éleveur professionnel de chat doit garantir ses chatons contre un certain nombre de maladies infectieuses :

  • Le typhus, virus entraînant une mort presque inévitable en quelques jours
  • La PIF, maladie d’origine virale, entraînant une mort longue et progressive en quelques semaines voire mois
  • Le FeLV et le FIV (les « sida du chat ») qui entraînent une immunodépression chronique, l’animal développant de nombreuses maladies tout au long de sa vie

Si vous achetez votre chaton chez un particulier et qu’il meurt le lendemain d’un typhus, vous n’êtes absolument pas couvert. En plus d’avoir vu mourir votre chaton, vous avez perdu votre argent …

Un éleveur professionnel a donc beaucoup plus de contraintes qu’un éleveur particulier mais il est aussi bien plus contrôlé !!! Les prix pratiqués par les particuliers sont souvent inférieurs car ils ont beaucoup moins de contraintes financières et se permettent de ne pas respecter de nombreuses règles de bases de l’élevage (posséder des locaux adaptés, ne pas surpeupler les pièces d’élevage etc).

WP_20151209_005

Ensuite, au sein des éleveurs professionnels, il y a bien entendu des élevages plus ou moins sérieux. C’est à vous de vous renseigner sur les pratiques de l’éleveur car il n’y a pas de miracles : si un éleveur vends ses chatons peu cher, c’est qu’il en fait naître plus par an, car il a les même charges qu’un éleveur qui vends ses chatons plus cher … Mais comment produit il plus ? Est ce que les femelles font 2 portées par an ? Est ce qu’elles reproduisent jusqu’à un âge avancé  ? Est ce qu’il a un grand nombre de reproducteurs ? Dans ce dernier cas, les chats vivent ils en cage (pratique fréquente malheureusement …) ? Les chats sont ils entassés dans des pièces ?

Nous avons fait le choix d’avoir peu de chatons par an, de retraiter tôt nos reproducteurs pour qu’ils aient le droit à une vie de chat de compagnie, et d’avoir assez peu de chats afin de pouvoir bien nous occuper de chaque chat. Mais nous avons les même charges qu’un éleveur qui se permet de « profiter au maximum » de ses reproducteurs …

 

Reproduction et sélection

Reproduire un animal, ce n’est pas faire de la sélection ! Mettre minette avec minou c’est facile, mais expliquer pourquoi ces chats et pas d’autres c’est une autre histoire !

Chatons persans crème 8 jours

Un éleveur peu consciencieux a simplement le soucis de produire, et non pas d’avancer dans sa sélection. Ce n’est pas notre cas, nous souhaitons sans cesse améliorer la qualité des chats que nous faisons naître, pour tendre vers un (illusoire certes) chat parfait !

C’est pourquoi nos reproducteurs sont choisis avec application et viennent souvent de loin. C’est également pourquoi nous faisons des expositions de beauté ! En effet, il est important de savoir que si un persan présenté en exposition est peureux, agressif, s’il a un défaut de mâchoire (fréquent chez le persan) ou des narines pincées, il ne gagnera pas ! L’obtention des titres de beauté n’est pas seulement signe que le chat est beau, c’est aussi le signe qu’il a bon caractère et qu’il n’a pas de défaut grave de conformation.

Un éleveur qui ne fait pas d’exposition trouvera toujours le moyen de justifier « c’est vendu, ce sont toujours les autres qui gagnent », « je n’ai plus le temps de le faire », « c’est trop cher » mais au final c’est bien souvent qu’il refuse d’affronter les jugements et leur dure réalité …

Il est certain que les expositions coûtent très cher : 300 à 400 euros par exposition si l’on compte l’inscription, les 2 à 4 heures de routes, l’hôtel car l’exposition dure 2 jours … Et sortir en exposition ne veut pas toujours dire gagner, donc parfois l’investissement ne mène à rien. C’est donc un monde dur, sans pitié, mais qui pousse vers le progrès en terme de sélection !

Guess du Val Doré, Best of Best

D’autre part, un éleveur qui aime la sélection déclare ses chatons au LOOF. Là encore, les éleveurs peu consciencieux trouvent toujours des excuses : « les parents sont LOOF mais j’ai oublié de déclarer les chatons », ou alors « la déclaration coûte cher et ne sert à rien ». Il n’y a qu’en ayant le pedigree de votre chaton que vous aurez l’assurance que les parents ne sont pas frère et soeur, père et fille etc… La consanguinité est très fréquente chez le chat, elle n’est pas forcément mal mais elle doit être faite avec modération et sérieux. Or beaucoup d’éleveurs s’en cachent et préfèrent ne pas déclarer les chatons pour ne pas avoir de retour négatifs des acheteurs !

C’est aussi le pedigree qui assure que l’éleveur ne vous a pas mentit sur le titre des parents, car les titres sont vérifiés par le LOOF avant d’être inscrit sur le pedigree … Vous pouvez également demander à l’éleveur de vous montrer les titres (vous verrez alors qu’ils sont régulièrement inventés, car qui vérifie ?), ils sont forcément en possession de l’éleveur !

 

Après tout cela, je pense que vous comprendrez qu’un persan non LOOF ou non sélectionné vendu moins de 1000 euros n’est absolument pas équivalent à un persan élevé de façon sérieuse, dans de bonnes conditions et dans le respect de la race !

Le prix de vente n’est pas là pour enrichir l’éleveur (qui n’est souvent vraiment pas riche !), il est simplement la conséquence de toutes les démarches que met en place l’éleveur pour faire naître des chatons en bonne santé, avec un bon comportement, et respectant le standard de la race !

Comments are closed